NOS ACTIONS

Subiruseke - Retrouve le sourire a la particularité de travailler en deux branches. L'une ici, l'autre là-bas. L'une en France, l'autre au Rwanda.

 

Les deux sont liées puisque Retrouve le Sourire aide à faire connaître la situation des rescapés du génocide en France et aide Subiruseke dans la recherche de fonds et dans la réalisation de ses actions au Rwanda.

 

LE CONTEXTE

 Le génocide des Tutsi au Rwanda a porté en moins de cent jours à plus d'un million le nombre de rwandais éliminés de façon la plus atroce.

 

Après l'horreur et la violence, la reconstruction d'un pays, d'un peuple et de la vie des milliers de rescapés n'est aujourd'hui encore pas une évidence. Les martyrs ont laissé derrière eux des handicapés, des veuves et des orphelins vivant depuis dans des conditions pénibles et misérables.

 

Solitude, pauvreté, chômage, maladie sont les nouvelles plaies des survivants. Après ce génocide, tout devait être fait pour tenter de redonner l'espoir et créer la solidarité.

 

Le but essentiel de notre association est de redonner goût à la vie à des personnes, femmes et enfants surtout, qui se trouvent dans le plus grand dénuement moral et matériel.

 

LES OBJECTIFS

Les objectifs initiaux de l'association Subiruseke-Retrouve le Sourire, reconnue officiellement le 29 avril 1999 par les autorités communales de Rutonde, étaient de :

 

- créer la solidarité en luttant contre la solitude et le désespoir,

 

- promouvoir l'encadrement efficace des orphelins rescapés du génocide dans un esprit associatif,

 

- permettre l'auto-promotion des orphelins n'ayant pas la chance d'accéder à l'école secondaire après avoir terminé l'école primaire,

 

- aider les veuves à surmonter le traumatisme et à subvenir à leur besoin par le biais des activité productives réalisées en commun.

 

- développer la culture rwandaise dans le souci de promouvoir la réconciliation et la socialisation régulières à travers les projets de formations et informations incessantes, surtout de la jeunesse rwandaise,

 

- coopérer avec les organisations non gouvernementales (ONG) locales et internationales dans la participation active pour la reconstruction et le développement du pays en général,